Je suis...
  • en
  • fr

Les recherches archéologiques

L’archéologie au service de l’histoire

Archéologie et histoire étudient toutes deux le passé et s’alimentent mutuellement. Si l’histoire travaille essentiellement à partir des textes d’époque, l’archéologie s’intéresse aux objets et vestiges laissés par les hommes au fil du temps. Pour la Protohistoire, l’absence de textes écrits par les peuples gaulois rend l’archéologie indispensable pour comprendre leurs mœurs et leurs coutumes. Les écrits romains et grecs permettent parfois d’éclairer les pratiques gauloises. Mais les indices matériels découverts sur le terrain peuvent infirmer ces descriptions, ou tout du moins les nuancer.

Les fouilles archéologiques ont pour objet de comprendre l’histoire d’un site occupé dans le passé en récoltant des indices sur place. Pour ce faire et remonter le temps, il faut « démonter », c’est-à-dire creuser minutieusement, les différentes couches constituant le sol : chacune de ces couches stratigraphiques raconte une époque de la vie du site. Au fur et à mesure de leurs avancées, les archéologues notent toutes leurs observations et prennent de nombreuses photographies. Ils relèvent tous les indices d’occupation pour chaque couche et prélèvent tous les objets qui constituent le mobilier archéologique car une fois que le site a été fouillé, il est détruit.

Les différentes opérations archéologiques menées sur le plateau de Gergovie et dans le bassin clermontois ont ainsi permis de comprendre l’organisation de ce territoire à l’Âge du Fer, et la façon dont il a été impacté par la bataille de Gergovie en 52 avant J.-C.

Chantier de fouilles archéologiques du Quartier des Artisans – Plateau de Gergovie – 2022 © Henri Derus

Chronologie des fouilles à Gergovie

XVIème siècle

La Redécouverte

Tombé dans l’oubli, ce n’est qu’au XVIème siècle que le site de Gergovie est identifié par Gabriel Siméoni, érudit florentin chargé de cartographier l’Auvergne. Pour cela, il se base sur le toponyme d’un domaine situé sur le flanc est du plateau : Gergovia. En 1560, la parution de sa carte localise Gergovie sur le plateau.

1862

Un empereur sur les traces de César

Les premières fouilles sérieuses du site et la découverte des camps militaires de César remontent au règne de Napoléon III. En 1861, alors qu’il réalise des travaux d’amélioration du chemin du plateau en prévision d’une visite du site par l’empereur Napoléon III, l’agent-voyer (ingénieur des routes) du département Claude Aucler met au jour deux puissants murs parallèles maçonnés à la chaux et deux petits murs porteurs perpendiculaires près du chemin provenant du village de Gergovie. Il découvre des structures similaires à environ 400 mètres à l’ouest, et identifie ce bâtiment à une porte d’accès à l’oppidum. Dans le même temps, il met au jour et dégage partiellement un bâtiment d’habitation qui porte aujourd’hui son nom, la « Villa Aucler ». Par la suite, Napoléon III commande des fouilles plus poussées sur le plateau de Gergovie à son aide de camp Eugène Stoffel. Celui-ci mène notamment des fouilles aux pieds du plateau et, grâce à un mode de prospection fait de tranchées systémiques, découvre les deux camps romains de César ainsi que des traces de la fortification gauloise.

En 1862, l’empereur, alors en pleine écriture d’une histoire de Jules César, se rend sur le plateau de Gergovie pour voir lui-même ce site mentionné dans La Guerre des Gaules. C’est à cette occasion qu’il accorde au village de Merdogne de porter le nom de Gergovie. La fin du XIXe siècle sonne le début de la mise en valeur de Gergovie comme symbole de l’histoire nationale, dont l’édification du monument Teillard à la gloire de Vercingétorix en 1900 est le point d’orgue.

1935 - 1949

De nouvelles fouilles d’envergure

Près de 80 ans plus tard, de nouvelles découvertes d’ampleur sont réalisées dans les années 1930 et 1940 : fosses, citernes, quartier artisanal, porte aménagée dans le rempart ouest, villa, ainsi qu’un sanctuaire dont l’activité a perduré longtemps après l’abandon de l’oppidum. Ces mises au jour sont dues à plusieurs générations de sondeurs et fouilleurs. Les premiers à réétudier et prolonger les secteurs explorés par Aucler sont les membres du comité « Pro Gergovia » avec l’érudit clermontois Emile Desforges et l’archéologue britannique Olwen Brogan. Leurs recherches sont complétées pendant la Seconde Guerre mondiale par les travaux du groupe des « Gergoviotes », des étudiants strasbourgeois en exil à Gergovie, et de leur professeur en archéologie Jean-Jacques Hatt. Ces derniers mettent notamment au jour sur le secteur ouest ce que l’on nomme aujourd’hui le « Quartier des Artisans ».

Après la guerre, le professeur toulousain Michel Labrousse achève les fouilles entamées par Hatt avant d’étendre les explorations vers l’est. Après cette campagne de 1949, les études archéologiques s’interrompent durablement. Le réveil des études celtiques n’a lieu que dans les années 1990 et se porte davantage sur les occupations dans la plaine de Limagne que sur le plateau de Gergovie.

1995 - 2010

Les recherches récentes

Les observations réalisées au XIXe siècle ont depuis été confirmées par des recherches réalisées entre les années 1990 et 2000 sur les camps césariens au pied du plateau et sur les remparts de Gergovie, clairement contemporains de la conquête romaine. L’interprétation de ces découvertes a été largement enrichie par les nouvelles connaissances sur les oppida et par les méthodes modernes de recherches archéologiques. Plusieurs programmes de recherche destinés à préciser la chronologie et les modalités d’occupation de l’oppidum de Gergovie, tout comme ceux de Corent et Gondole, ont ensuite été débuté en 2001. À Gergovie, le sanctuaire et les fortifications de l’oppidum ont fait l’objet d’études approfondies, permettant de mieux comprendre les différentes phases d’utilisation de ces édifices.

2013 - 2022

Les dernières fouilles

Les recherches archéologiques se sont accentuées sur Gergovie à partir de 2013 grâce au lancement d’une série de fouilles programmées portée par Peter Jud (chercheur associé à l’UMR 8546). Ces études se sont concentrées sur le secteur compris entre la porte sud de l’oppidum et le grand dallage central. Elles ont permis de préciser l’extension et la datation de ces aménagements urbains monumentaux et ainsi mieux renseigner les étapes du développement de la ville arverne et son organisation au cours du Ier siècle avant notre ère. En 2022, de nouvelles investigations sont menées par l’Inrap et la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand pour comprendre l’articulation entre les éléments urbains mis au jour dans les années 2010 et les vestiges du « Quartier des Artisans » fouillé jusqu’en 1949, ainsi que pour déterminer quelle population occupait ce point d’accès à la ville (artisans ou habitants). Durant l’hiver 2023, c’est une prospection Lidar (télédétection laser) par drone qui sera réalisée sur plus de 3000 m2 pour détecter d’autres traces de recherches anciennes et des aménagements liés à l’occupation de l’oppidum.

Pour en savoir plus sur les fouilles récentes, vous pouvez consulter :